A SUCRE L'ADDITION EST SALÉE

Publié le par 1 Tour 100 détours

  Sucre - 06-10/08

 

Après les efforts physiques de la ferme et le grand froid du sud Lipez, on a décidé de se la couler douce a Sucre.



Petit apercu de la note (Conversion 10 Bolivianos = 1 Euro) :

 

2 nuits en chambres doubles avec TV cablée et salle de bain privative à 130 bolivianos (bon les deux autres nuits à 80 bolivianos, on a accepté d'abandonner la télé et la salle de bain pour le bien de nos économies !).

+ 2 entrées au musée d'Arte Indigeno à 16 Bolivianos.

+ 1 bon restaurant francais avec vin à 120 Bolivianos pour deux avec tout le répertoire musical qui va avec...Téléphone, William Sheller, Julien Clerc Etc....Mais pas de Jean Jacques Goldman, Fanny écrit de suite au fan-club pour qu'une section soit créée de suite !

+ 3 séances de cinéma à 10 bolivianos par personne.

+ 6 bières à 10 bolivianos chacune au Café branchouille Joyce ... étalées sur 3 jours, que l'OMS se rassure !

+ 2 entrées a la Casa de Libertad pour 30 bolivianos (où fut signée l'indépendance de la Bolivie en 1825).

+ 55 bolivianos de reprisage : le jean a 25 pesos argentins (5 euros) avec des paillettes sur les fesses de Fanny, le vieux treillis de 10 ans d'age d'Eric (qui en est à son 2nd passage) , et les chaussures déchirées de Fanny ... on les usera jusqu'au bout !

+ 1 bonne douzaine de saltenas dont le prix moyen est à 3 bolivianos (sorte d'empanadas, grande spécialité de la Bolivie).

+ 1 lavanderia (laverie) à 30 bolivianos pour le bien de nos futurs voisins de bus.

 

= 2 voyageurs bien reposés, repus, et prets a affronter les deux jours de bus pour rejoindre le Brésil !

 

A Sucre on a également enrichi notre collection de photos de présidents. Après la Michèle (Bachelet) lors des gloires navales chiliennes, on a shooté le Evo, venu commémorer les 184 ans de l'indépendance Bolivienne, signée le 6 aout 1825 a Sucre, sous l'impulsion de Simon Bolivar et du Maréchal Sucre.



Meme si les festivités étaient réduites pour cause de grippe porcine, l'ambiance battait son plein du fait de la présence de nombreux opposants au président. L'électorat de Morales est en effet trés majoritairement composé de paysans, les habitants de Sucre sont pour la plupart de la classe moyenne voire de la haute, du coup Evo n'est pas en grâce dans la capitale bolivienne (oui oui la capitale !). Il aurait d'ailleurs fui Sucre aprés le défilé ... de quoi faire le bonheur de la presse et des chaines locales. On pouvait meme voter par SMS pour dire si on pensait qu'il avait fui ou non, vive la télé réalité politisée !

 



Mais revenons en a la Capitale Bolivienne. La Paz ou Sucre ? Eh bien à notre grande surprise (bouh les manuels de géographie !) la capitale constitutionnelle bolivienne est Sucre. La Paz est devenue la capitale économique du pays à la fin du 19ème siecle, en pleine révolution industrielle, pour ses richesses en étain (plus demandé pendant cette période que l'argent sur lequel reposait l'économie de Sucre). A ce même moment il a été décidé d'y transférer le pouvoir exécutif, ce qui a provoqué une confusion au niveau international. Voila voila, vous êtes fin pret pour la prochaine émission de Question pour un Champion.

 

Et sinon, rien que pour vous, nous avons sélectionné la meilleure attraction du coin :

Le M-16 tracté par un taxi...Accrochez vos ceintures !!!



On va dès notre retour la proposer à la foire à la saucisse de Vélizy ou à la Montilly, fête locale à quelques kilomètres de Saint Georges des Groseillers en Normandie, patrie de Fanny !

 

Il est temps pour nous de quitter la Bolivie. Place au portuguais, aux moustiques du Pantanal et aux apéros a la Caïpirinha sur les plages brésiliennes !

Publié dans BOLIVIE

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
B
C'est marrant, j'ai vécu la même chose à Sucre : glander et bien bouffer!!!
Répondre
L
Yala à la caipi ! toujours aussi Fan ... retester Vendredi et ouhla ! dommage pas de piscine pour se jeter ! bon voyage dans le bus !
Répondre