TOUT EN INDEPENDENCIA

Publié le par 1 Tour 100 détours

QUAND LA FANFARE RENCONTRE LA VIERGE

  

Independencia - 13-18/07



Le hasard du calendrier a bien fait les choses puisque nous débarquons à Independencia, accompagnés des volontaires de l'association, pour la plus grande fête annuelle du pueblo : la festividad de la Virgen Carmen.
 
Mais avant les festivités, direction la maison de Don Tito, le père du président de l'assoc., chez qui nous logerons durant 5 jours dans un habitat on ne peut plus rudimentaire mais qui ne dénote pas du style bolivien. Petit aperçu de la cour, pièce principale, pour la séance de préparation de cocktails de chirimoya et de goyave qui seront vendus le soir même au profit de l'assoc.
 
 

Pour le reste, ce sont 5 jours rythmés par les fanfares 22h/24h ...
 

 
... à festoyer dans la rue et chez les passantes arrosés de chicha (alcool de maïs fermenté pendant 1 semaine 1/2 sans goût, qui pèse sur l'estomac et finalement pas tant apprécié par les locaux ... juste une tradition qui perdure ... juste un peuple de boit sans soif ... !), et ce, jusqu'à épuisement des troupes...
 

 
Le tout se terminera par une corrida dans les ruelles barricadées.
 

 
Mais au fait, qu'est ce qu'un passante ?
 
C'est une famille qui représente une fraternité (attachement à une fanfare et une danse traditionelle dès le plus jeune âge) et qui est en charge d'organiser une bonne partie de la fête pour les villageois et les quelques touristes présents. Elle va ainsi payer l'orchestre, loger les musiciens, ouvrir chaque soir les portes de sa maison où elle servira les repas, la chica, les biéres à discrétion et organiser la soirée dansante. Elle va également défiler avec sa propre fraternité en arborant son étendard coiffée de confettis blancs.
 

 
Au total, environ 25.000 US$  de frais pour les 5 jours ... Une fortune pour ici ! Ce qui explique par ailleurs les nombreuses prières des passantes à l'église, pour demander à la vierge Carmen de leur apporter le double d'argent pour éponger les dépenses !
 
A la fin de cette période, cette même famille choisit son successeur pour l'année suivante ... il se dit que ce dernier est bien plus souvent un ennemi qu'un ami cher et tendre ! Enfin, dans le plus pauvre des pays d'Amérique Latine, les habitants sont toujours surpris de découvrir chaque année une nouvelle famille riche.
 
Aprés ces quelques jours riches en couleurs et en rencontres, le temps est venu de retrousser nos manches pour entamer nos travaux à la ferme, ... jusque là tout va bien, jusque là tout va bien, jusque là tout va bien ...

 
PLUS PROCHE DE KOH-LANTA QUE DE MERE TERESA
 
  Las Vegas - 19-27/07
 
On s'était imaginés
 
En immersion totale dans une famille de fermiers Boliviens.
 
On nous avait promis :
 
Des travaux instructifs comme la construction d'un four à pain et d'abris à cochons d'Inde (qui finissent dans les assiettes ici !).
 
On a découvert :
 
Une réalité toute autre, avec un projet de ferme expérimentale, utilisant des procédés de développement durable afin de les transmettre aux paysans du coin. A priori un challenge compliqué mais intéressant. Sauf que la ferme en question est isolée à une heure à pied du village, que seuls des volontaires sont en charge de lui donner corps pour le moment et que ces derniers se font plutôt rares.
 

 
Résultat, vous passez une semaine entière à défricher, deux mois s'écoulent sans bénévoles, et tout est à refaire ! Mais le pire dans tout ça, reste le peu de sérieux de l'association (on vous épargnera la longue liste d'exemples) et le manque total de carrure de son président. Quant au projet, difficile d'y croire quand même des proches du président de l'assoc. vous disent que la ferme est vouée à accueillir les vieux jours de son père, qui y nourrira tranquilement ses poissons.
 

 
Pour ce qui est de notre contribution, comme on s'est rendu compte le jour de notre arrivée qu'on ne savait pas faire des briques en terre (il était temps !), adieu le four à pain et la maison des cuys (cochons d'Inde), et bonjour le dur labeur du travail de la terre !
 
  
 
Pour nous consoler quant même (et reposer nos muscles endoloris), on s'est adonné à quelques travaux manuels ...
 
construction d'une poubelle en bambou  
 
  élaboration d'un cache douche en bambou
 
Par ailleurs, si on a vu que pour le côté associatif c'était pas ça (adieu la bonne action à la Mère Térésa), pour le côté télé réalité ils sont beaucoup plus forts. Au menu ; un abri de deux pièces sans meubles, des douches glacées, des veillées à la bougie à jouer au Scrabble, de la cuisine au feu de bois, une chambre sans porte avec des fenêtres sans vitres ...
 
  
 
 
Bref, on a vraiment plus eu l'impression de jouer à Koh-Lanta que de servir une cause utile.
 
Consolons nous tout de même, nous avons retrouvé la ligne de nos 20 ans et passé avec succés le test pratique de chez Ikéa. Il y a du bon dans tout ! Et qui sait peut être qu'un jour, par miracle, ce projet sera utilisé à bonne fin ...
 
Retour sur Cochabamba douloureux. Le bus initialement prévu à 3h du matin ne démarrera qu'à 1h30 de l'aprés midi, la faute une forte pluie et un chemin totalement inondé. Aprés moults faux départs et arrêts les pieds et les roues dans la boue ...
 

 
... nous atteindrons Cochabamba 19 heures plus tard, avec la ovejita (petite brebis)...
 
  ... cassés mais heureux !

Publié dans BOLIVIE

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
L
Quand on est des vrais routards, en Bolivie, on voyage dans les camions bennes! Cela ne tombent jamais en panne, on voyage en général sur des ballots de cocas,on fait passer la bouteille d'agua ardiente d'une main à une autre, vous ne comprenez rien à ce que vous disent les cholas. Le seul truc, c'est d'être certains de trouver 20 litres d'eau pour vous nettoyer à l'arriver, sinon la nuit n'est pas des plus agréables.
Répondre
1
<br /> <br /> Tonton n'est plus tout jeune, le pays a évolué depuis, du moins un tout petit peu ! Aujourd hui les compagnies de bus ont vu le jour, remplaçant peu a peu les camions, sauf dans les coins<br /> les plus reculés ... et encore ... Enfin les bus restent bien rudimentaires ... des sièges, des roues et un volant .. avec certaines fenêtres qui ne ferment pas, pour vous rappeler le bon vieux<br /> temps où on se les peler sévères dans les camions !<br /> Pour info, quand on a vu "le tonton emmerdeur"on s'est pas demandé trop longtemps qui ça pouvait bien être !!!!!!<br /> Pour la poussière, le problème reste le même !<br /> La bise au grand père BIS...et à la abuela tambien<br /> <br /> <br /> <br />
B
Je suis un peu désolé de vous avoir mis sur ce mauvais plan, j'ai pas du tout vécu la même expérience... J'avais des doutes au fond sur l'intérêt du projet, mais j'ai pas trop cherché à savoir car j'ai passé un bon moment. Bon, j'espèer que vous avez passé quelques bons moments comme même !!!!
Répondre
M
SUPER!! la douche, Fanny, tu vas pouvoir te lancer dans des projets de gîtes! mais il y a du boulot, mais c'est plutôt écolo!!! je vois que mon fiston s'y met aussi, je ne le reconnais pas!!! bisous les enfants.
Répondre
B
déçu de l'humanitaire, essayé l'ile de la tentation !!! sinon j'ai un stock de bambou, si vous avez des conseils je prends<br /> bruno
Répondre
M
et la route-là totalement dédiée à la circulation du monde civilisé... ça ne te rappelle pas un peu le Maroc mon Fanouche ? t'as vraiment la poisse ... <br /> A bientôt à Bali les loulous
Répondre