LE GRAND BLEU

Publié le par 1 Tour 100 détours

Tafi Del Valle 30/05-01/06
 
Comme le titre de cet article l'indique, pas de dauphins, ni de Jacques Mayol argentin et autres mollusques mais un ciel vidé de tout ses nuages...ce qui némpêchera pas une sensible baisse des températures au moment oú le soleil laissera place à son opposé. On est quand même à 2000 mètres d'altitude !
 
Après plusieurs visites de ville, place au désengourdissement actif des gambettes.
Derniers entraînements avant le Tour de France.



Oxygénation sur "notre" toit du monde que nous trouverons sur place avec vol de condors pour le même prix.



...le tout avec ou sans notre énième compagnon de route depuis le début de notre voyage.



Il faut savoir que ce continent est le paradis pour les chiens errants, ceci s'expliquant par la non-présence d'une Brigitte Bardot ici.
 
Pour terminer en beauté, nous festoyerons dans une charmante auberge avec des voyageurs, à l'image des propriétaires c'est à dire forts chaleureux ...


 
... autour d'un poulet à la bière pour la modique somme de 7 Pesos argentins par personne, soit 1.30 € ...et en plus c´était fameux !

Cafayate 01/06-04/06
 
Une étape qui s'inscrit dans la lignée de la précédente : Grand beau temps et symbiose avec Dame Nature que nous appellerons ici : La Pachamama
 
Direction la Quebrada de las Conchas, majestueux canyon aux strates sédimentaires multicolores. Meilleure façon de la découvrir, nous dit-on : la bicicleta

Nous voilà partis avec les vélos dans la soute du bus qui nous amène au point le plus haut du parcours à la Garganta Del Diablo.

 Mais où est Eric ?
 
50 kms de descente, soi-disant, s'offrent à nous pour rejoindre Cafayate. A peine débarqués, une roue à plat comme cadeau de bienvenue. Malgré l'aide d'un camionneur patient d'AIR LIQUIDE, il nous faudra 3h00 pour la réparation, la faute à une pompe qui ne pompe pas et des chambres à air qui ne retiennent pas l'air !!!

Heureusement un cycliste local nous fera passer par sa casa (maison), pour que l'incident technique ne soit qu'un mauvais souvenir...on a bien cru qu'on passerait la nuit dans ce fichu canyon oú le trafic n'a rien à voir avec le périphérique aux heures de pointes.

Heureusement, le paysage grandiose nous rendra notre bonne humeur !

 
 
Les jambes encore en compote...pas de répit !!!
Nous optons pour une virée "culture" le lendemain MATIN...avec un peu trop de précipitation !




Quilmes était autrefois une cité de quelques 6 000 âmes (pour idée St Georges des Groseillers en Normandie ne compte seulement 3 500 habitants) construite à flanc de colline. Comme bon nombres de communautés indigènes, elle fut assaillie par les troupes du conquistador espagnol en 1535. Après une longue résistance, dû à la situation stratégique, les quelques 2000 Quilmes survivants furent déportés à Buenos Aires en 1667...à 1 600 kms de la cité et le tout à pied, ce qui prit plus d'une année.
La plupart mourront en chemin de maladie ou fatigue. Seuls 400 fouleront le sol de la capitale et disparaîtront à tout jamais.
 
Jolie impression que de découvrir les ruines au lever du soleil.

 
 
Vu l´heure avancée du réveil, 5h30 quand même, place à la sieste !
 

Publié dans ARGENTINE

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
N
rien à voir mais vous erez où fin octobre début novembre ??
Répondre
B
salut les jeunes.<br /> sommes revenues de la tunisie sans le soleil. bien profité de ces 15jrs, déplacement sur tataouine, superbe paysage, désert, cases de berbères.la tunisie c'est bien, mais serait bien plus sympa sans ces tunisiens toujours à nos baskets.ils ne sont pas civilisés. ah le vélo rien de tel, très belle vidéo il manquait le ciel bleu ..... bonne route. bises
Répondre
S
Jamais en retard la Fanette !!!! sauf le jour de sa naissance ...
Répondre
1
<br /> Elle rttrape le retard depuis<br /> Quelle ponctualité maintenant...et j'en subis les conséquences<br /> <br /> <br />